Chouchouter ses racines

Non je ne vais pas parler de soins capillaires (si j’étais une blogueuse beauté ça se saurait !) mais après avoir passé une semaine à me ressourcer dans ma campagne natale, j’ai eu envie de faire un billet (gnan-gnan je vous l’accorde) sur ces liens à chouchouter. Je parle des liens familiaux.

Comme je l’ai souvent dit, j’adore vivre à Paris. Le rythme effréné, les sorties, les événements culturels, et même les heures de boulot…Tout me plaît dans cette ville..Et pour l’instant, je n’ai pas du tout envie de quitter tout ça pour retourner en province. Je rentre rarement chez mes parents et je vois donc très peu ma famille. Alors quand je rentre, c’est bien évidemment la tournée générale: grands-parents, oncles et tantes, cousins-cousines… Un véritable marathon de visites. Et pendant longtemps, c’était le même scénario. Ma grand-mère (assez vieux-jeu) qui me posait les mêmes questions: quand j’allais me décider à revenir plus près d’eux? (la plupart des mes cousins se sont installés à quelques kilomètres), quand j’allais lui présenter un charmant jeune homme?(et sous entendu me décider à faire d’elle une arrière grand-mère). Et bien sûr toujours les même réponses de ma part: « Pas maintenant mais quand ça sera le moment tu le sauras ».

Seulement voilà, ma grand-mère nous a quitté il y a 2 mois. Et cette fois, je me suis retrouvée nez à nez avec mon grand-père qui ne s’intéresse pas, qui ne pose pas de questions, qui ne parle presque pas..Et ces questions qui m’énervaient il y a encore peu de temps, m’ont réellement manqué. Je me suis rendue compte que son interrogatoire agaçant était ce qui nous liait, elle et moi. Elle était dépassée et ne comprenait rien à mon travail (je crois bien qu’elle ne savait même pas ce qu’était internet) donc c’était simplement une manière de partager quelque chose avec moi.

A l’inverse, mes parents sont très proches de moi et je leur raconte quasiment tout (même s’ils ne posent pas de questions). Ils me soutiennent dans mes choix, suivent mes péripéties de prêt et sont toujours là. Pourtant,  pendant mon adolescence, je les ai souvent critiqué et que je leur ai mené la vie dure!  Maintenant, j’ai pris conscience que la famille c’est très important et qu’il faut dire les choses. Je n’ai pas su montrer à ma grand-mère que je tenais à elle alors avec mes parents je ne ferai pas cette erreur. Plus de pudeur:  je les aime, je suis fière d’eux et je leur dit, tout simplement. Ils ont tout fait pour moi alors à mon tour de les chouchouter et de prendre soin d’eux dès que je le peux. Ça y est je crois bien que je deviens adulte moi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s