Bref je suis géniale [ironie inside]

 

Image

Ceux et celles qui me connaissent le savent, à la base je n’ai pas confiance en moi et je me rabaisse souvent (voire trop souvent). Mais parfois, ça fait du bien de voir notre estime remonter, et surtout à travers les yeux des autres! Bref ce soir j’ai eu la sensation d’être quelqu’un de géniale grâce à Thomas! Non je vous arrête, ce n’est pas un mec que j’ai rencontré (à ce niveau là, rien ne change malheureusement mais ce n’est pas le sujet de cet article – j’en ferai un plus tard sur ma relation avec le collègue qui n’évolue pas, ou en tout cas pas dans le sens que j’aimerais).

C’est un test de personnalité! Je vous explique : en ce moment, je passe des entretiens d’embauche -encore je sais! ( Mais ça aussi ça sera le sujet d’un article futur. Je ne suis pas tant une girouette que ça et je vous le démontrerai…na! Mais je préfère ne pas trop en parler pour ne pas me porter la poisse!).

Bref, ce soir, j’ai passé en entretien pour lequel j’avais répondu à un questionnaire appelé « Thomas » (d’ailleurs on prononce le s). Le principe est de répondre à 24 questions parmi lesquelles il y a une liste d’adjectifs. Dans la première ligne, on doit cocher celui qui nous correspond le plus, et dans la deuxième, celui qui nous correspond le moins. J’ai été sincère et j’ai répondu spontanément (ce que j’ai tout de suite regretté..).

Arrivée à l’entretien, on me sort le verdict : « communicative, amicale, influente, persuasive, loquace, prudente, méticuleuse, serviable, active, alerte et infatigable ». C’est les principaux trais de caractères qui sont ressortis. Apparemment je suis une fille qui excelle dans la communication, qui est capable d’accomplir des tâches méticuleuses, qui sait se faire apprécier et qui fait généralement bonne impression. J’assimile l’information et je sais la transmettre aux autres, quand je suis sûre de moi, je me montre capable d’influencer et de convaincre les autres, j’adhère aux procédures tout en me montrant indépendante..

C’est moi ça! Que du positif! Je peux vous dire que ça m’a reboostée!  C’est vrai que je suis tout le temps en train de douter, de me poser 36 000 questions. Mais je sais aussi que je ne recule pas devant les challenges, que j’aime aller de l’avant.. et ce sont ces traits de caractères qui me permettent d’avancer (heureusement car en ce moment j’en ai besoin).

Ce test, je l’ai vraiment rempli avec honnêteté et quand j’ai vu les réponses, ça m’a vraiment fait du bien car même si je suis assez consciente de mes valeurs et de mes qualités, je me remet trop souvent en question. Donc oui, dans le milieu professionnel, je ressemble assez au portrait qui a été dépeint. Et quand je regarde d’un point de vue extérieur, je me dit que c’est le portrait d’une fille qui a l’air assez bien. Alors rien de tel pour se remonter le moral et faire remonter son estime de soi.

Maintenant, j’ai donc 2 objectifs:

-réussir les entretiens suivants car j’ai encore une liste de personne à rencontrer et j’y tiens vraiment à ce poste! (article à suivre).

-transposer toutes ces qualités dans ma vie personnelle (et par là j’entends surtout sentimental car je me mets toujours dans des histoires impossibles) et remonter mon estime sur ce point là..

Moi qui disait que je ne voulais pas prendre de résolutions pour cette année, j’en tiens déjà 2!

Maintenant , il reste plus qu’à assurer aux entretiens à venir, à espérer et à attendre le verdict..en croisant les doigts!(allez s’il vous plaît, croisez le aussi pour moi..:) )

 

i qui disait que je ne voulais pas me donner de résolutions

Publicités

Hichcock

Image

Vendredi, dans le cadre de la semaine des avant premières dans les cinémas Pathé-Gaumont, je suis allée voir le film Hitchcock de Sacha Gervasi.

Le pitch: à 60 ans, le célèbre réalisateur Alfred Hitchcock alias « le maître du suspence » est au sommet de sa carrière. Il tente alors de réaliser un film d’horreur. Mais pour la censure et la société de production, ce film est loin de faire l’unanimité. Au contraire, tout est fait pour décourager le réalisateur. Ce dernier, accompagnée et soutenue par sa femme et collaboratrice Alma, s’entête et prend d’énormes risques financiers pour monter et achever le célèbre « Psychose ».

Antony Hopkins, dans le rôle d’Alfred Hitchcok, est excellent, comme dans tous ces films. Il interprète un personnage bourru, entêté et sûr de lui, à merveille. Et la ressemblance avec le vrai est parfaite.

 

Le reste du casting vaut la peine aussi (Scarlett Johansson,Jessica Biel..)Mais le personnage auquel je me suis le plus attachée est Alma, l’épouse d’Alfred Hitchcock (superbement joué par Helen Mirren d’ailleurs). Dans l’ombre de son mari, elle a pourtant été un élément clé dans sa réussite, en l’aidant sur le plan professionnel et en étant toujours là pour lui, même dans les moments difficiles. Et pourtant, ça ne semblait pas chose facile de vivre à ses côtés! Mais elle ne flanche jamais face à ses sautes d’humeur, ni même face à sa quête de l’actrice blonde qui l’obsède.
Cette histoire illustre bien le dicton « derrière chaque grand homme, il y a une femme« . Oui car on a parlé d’Hitchcock, on l’a admiré, la critique l’a encensé…oubliant que sa chère associée Alma y était elle aussi pour beaucoup.
Je ne suis pas une grande connaisseuse de la vie d’Alfred Hitchcock et j’en ai appris beaucoup sur le personnage. Et avec quelques pointes d’humour British dans certaines répliques, j’ai passé un très bon moment.

Si vous êtes tenté, il faudra patienter 2 semaines car le film sort en salles le 6 février.

Chained

Image

J’écris cet article en pleine soirée ‘loose » où je me rends compte de beaucoup de choses sur certains aspects de ma vie. je parle de ma vie sentimental (si tel est le mot que je peux utiliser..). Je suis célibataire alors le mot sentiment n’est pas vraiment celui qui convient.

Comme certaines le savent, je vois quelqu’un depuis quelques mois mais rien de sérieux: on s’entend bien à tous les niveaux, on passe du bon temps ensemble, on se prend pas la tête. Enfin ça c’est ce que je croyais jusqu’à ce soir. Car je me suis rendue compte que malgré ce que je dis (et crois) depuis le début de notre relation, je me prends bien plus la tête que je l’imaginais. Pour une fille comme moi (qui adore se torturer l’esprit), il me semblait que pour une fois, j’arrivais ) profiter de la vie, prendre du bon temps sans me poser de questions. Mais ce soir, je me suis rendue compte que j’étais encore dans un engrenage qui me faisait tout sauf du bien. Rebelotte. Je dois sûrement être maso. Alors petit retour sur la situation: il y a 10 mois, j’intègre une nouvelle boîte, je fais la rencontre d’un collègue super sexy, gentil, attachant..Bref je suis attirée comme un aimant. On se voit..souvent..de plus en plus souvent..jusqu’à ce que certains collègues se doutent de quelque chose..On décide donc, d’un commun accord, de freiner les choses ou en tout cas de mieux les dissimuler (à l’époque, je préfère que ça ne se sache pas dans la boîte) car c’est compliqué. A ce moment, on ne sait pas encore ce qu’on est, ce qu’on veut et où ça va nous mener. Au boulot, on est simples collègues, on se fait la bise, on se dit des banalités. Et en dehors, on se voit, on fait des sorties; je rencontre même certains de ses potes. Puis, avec le temps, les soirées que l’on prévoit chacun de son côté, on se voit moins régulièrement et un rythme d’une fois par semaine s’installe de lui même (ce qui, je dois l’avouer me convient car j’ai une vis sociale aussi!).

Bref, je le vis bien et je suis même plutôt contente d’arriver à profiter de ces moments sans me poser de questions.

Mais les choses ont changé depuis récemment. Je ne suis plus dans la même boîte (ça se passait très mal avec ma boss, mais ça c’est un autre sujet!) et, contrairement à ce que ke pensais en partant, on a continué à se voir.

Parallèlement, je suis restée en contact avec certains anciens collègues de cette boîte et il s’avère que les mercredi, c’est le jour où ils vont boire des verres entre collègues. Ce soir, après un mois depuis mon départ de la boîte, je suis invitée à une de ces soirées. J’y vais, super motivée de les voir, et qui je vois? Lui. Il ne savait pas que je viendrais. Je ne savais pas qu’il serait là. Et si au début, il a eu l’air content de me voir, plus la soirée avance et plus il m »évite ( et ça se compte en minutes, pas en heures!). Je croise son regard de temps en temps mais j’ai plus l’impression que ça le dérange de me voir dans un autre cadre que nos soirées en tête à tête. En gros, il est en soirée avec ses collègues ce soir, pas avec moi.

J’avoue, j’ai beau bien m’entendre avec tout le monde, je n’ai que ça en tête et je n’arrive pas à passer une bonne soirée. Résultat: je pars à 21h pétantes, prétextant que je suis fatiguée, que je dois me lever super tôt le lendemain. Je m’en suis voulue mais c’est plus fort que moi : quand il est là, en fait, il y a une gêne que je n’arrive pas à apprivoiser. Je n’arrive pas à faire comme si rien n’était alors que lui sait tout de moi (il y a certaines choses que je cache à mes collègues pour des raisons professionnelles, ça serait trop long à expliquer) et que moi je sais beaucoup de choses aussi. Bref, la personne super tendre que je vois seul en dehors,là, je ne la reconnais pas. Mon côté trop honnête fait que dès que je suis contrariée, ça se voit. Alors ce soir, tout le monde a bien senti que je n’étais pas aussi « fofolle » que d’habitude, pas aussi motivée que d’habitude.. Et là je me suis rendue compte que finalement, si je ne peux pas faire de soirées en sa présence, c’est que je ne suis pas aussi cool et détendue par rapport à notre « histoire » que ce que je prétend depuis des mois. Je suis comme enchainée et le pire c’est que c’est moi même qui me met des barrières. Je sais c’est limite pathétique et je m’en rend compte mais justement, je suis dans une phase où j’ai envie d’être bien, de penser à moi, de ne pas me prendre la tête. Alors que faire? Prendre sur moi ou arrêter avec lui, Je ne sais pas encore mais je suis bien décidée à me libérer de ses « chaines ».

Mes princes presque charmants

Image

Quand j’étais petite, ma mère (comme les vôtres je suppose) me racontait des histoires de princesse pour que je m’endorme les soirs. Normal, elle n’allait pas me raconter des histoires de vampire ou de guerre! Toutes ces histoires se terminent de la même manière : « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Pourtant au début c’était plutôt mal parti..Petite, j’imaginais que moi aussi, un jour je rencontrerais un crapaud qui se transformerait en prince rien que pour moi.

Et les films d’adolescent en ont encore plus remis une couche dans ce cliché : la gentille fille tombe amoureuse du bad boy de son lycée et en fait un gars bien, attentionné. Comment voulez-vous qu’avec tout ça (je sais j’ai trop regardé la télé) je ne me sois pas fait des films! Parce que moi aussi je me suis mise à bien aimer les bad boys au lycée. Mais je n’ai jamais réussi à en faire des types bien…

Et aujourd’hui, à presque 30 ans, je cours toujours après les histoires compliquées. Les « suis moi je te fuis, fuis moi je te suis » j’en suis folle! Je sais je devrais peut être grandir et arrêter ces conneries mais c’est ce qui m’attire, j’y peux rien…Et depuis quelques temps,j’ai fait des progrès: je ne me plains plus auprès de mes copines que mes histoires ne durent jamais parce que ça je le sais dès le début. Alors au contraire, j’assume de vivre des histoires avec des mecs qui ne se transformeront jamais en « mon prince » et je profite. L’actuel, par exemple, est assez clair avec moi et je n’ai pas de quoi me faire de films. Tout le monde me conseille d’arrêter, me dit que ça ne mènera nulle part et que je perds mon temps..Mais il est quant même presque charmant. Alors autant continuer ces bons moments avec lui jusqu’à ce que ça s’estompe. Et puis, peut être qu’un jour parmi ces histoires pas sérieuses (mais qui durent quand même -l’actuel je le vois depuis 8 mois), un crapaud se transformera en prince.. L’enfant qui est en moi a envie d’y croire et l’adulte d’en profiter.

En attendant, je continue d’aimer ces histoires. D’ailleurs je vous laisse, je cours au ciné voir « un prince presque charmant » et -je sais pas pourquoi- je suis sûre qu’il deviendra charmant au moins celui là (ben oui sinon ça serait pas un film!)

Nouvelle année, nouveaux projets

bonnes-resolutions

D’accord la nouvelle année et les vœux qui l’accompagnent datent déjà d’une semaine mais vaut mieux tard que jamais. Une semaine après tout le monde, je vous souhaite une bonne année 2013! Et pour suivre la tradition, je liste moi aussi mes résolutions, même si je préfère appeler ça « projets ». Oui car je ne souhaites rien chambouler mais plutôt poursuivre ce que j’ai entrepris en 2012 et mener à bien ce qui me tient à cœur. Il faut dire que l’année qui vient de s’écouler n’a pas été de tout repos pour moi, d’ailleurs je n’ai pas eu le temps de tenir ce blog comme je le souhaitais et comme ce que je m’étais promis au début de l’année dernière. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette année, j’ai décidé de ne pas faire de « fausses » promesses. Le problème, c’est que plus je prends des résolutions, et moins je les tiens. J’ai donc décidé de prendre la vie comme elle vient et de voir.. tout en faisant le maximum pour que les choses aillent dans le sens que je souhaite bien entendu!

Bref, pour revenir sur 2012, je peux vous dire que ça a été une année riche en émotions et en surprises (bonnes comme mauvaises d’ailleurs..). Un bref résumé: j’apprends au début de l’année que je suis embauchée dans une entreprise qui me fait rêver depuis longtemps. parallèlement, l’ex avec qui j’entretenais une relation depuis des années m’apprend qu’il a trouvé une copine, qu’il veut s’engager et que, par conséquent on doit arrêter de se voir. Je décide donc de me jeter corps et âme dans le travail et de penser à ma carrière…Littéralement, c’est tout à fait ça: je rencontre un collègue qui m’attire irrésistiblement. Lors d’une soirée bien arrosée, ce qui devait arriver arriva si vous voyez ce que je veux dire. On décide de ne rien dire au boulot et de continuer à se voir. Pendant ce temps, mon nouveau job ne se passe pas aussi bien que ce que j’espérais. Ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas la fautive. Ma boss est une frustrée qui parle aux gens comme à des chiens et avec qui toute explication est impossible. Les heures au bureau deviennent horribles. Je n’ai qu’une envie: quitter cette entreprise qui m’avait tant fait espérer. Finalement, fin décembre, je suis licenciée (pour des motifs plus que douteux). Soulagée et à la fois déprimée, j’ai peur quant à la nouvelle année.

Finalement, nouveau job, ancien collègue que je fréquente encore mais plus de manière cachée… L’année commence mieux que ce que je croyais. J’ai donc envie de faire mes preuves dans ma nouvelle boîte, de prendre ce que j’ai à prendre et de voir où cela ma mènera. Si 2012 m’a appris quelque chose c’est bien d’avoir des projets mais aussi de se laisser vivre car je ne sais pas pour vous, mais pour moi rien ne se passe jamais comme prévu.. Et finalement c’est toujours mieux que ce que j’espérais.

Donc mon nouveau projet c’est de suivre mon fil conducteur mais de ne pas faire trop de projets justement; et de profiter des surprises et imprévus.

Et j’espère que 2013 me réservera d’autres surprises (bonnes bien sûr!)

Bref bonne année à tous et profitez !