Le syndrome de la bougeotte ou quête de l’idéal

Image

S’il y a bien une chose que nous recherchons tous, c’est le bonheur. Ma façon à moi de le trouver c’est de le chercher. Je veux dire par là que j’ai pour habitude de ne pas rester les bras croisés à attendre que les choses se passent. C’est d’ailleurs un reproche que l’on me fait souvent : mes amis me disent que j’ai le syndrome de la bougeotte. Parce qu’être active et dynamique, c’est bien mais il faut parfois savoir se poser. Et ceci est valable dans mes activités personnelles (même si parfois j’aime bien tout simplement me faire des bonnes après midi cocooning) mais aussi, et c’est là que ça devient plus embêtant, dans ma vie professionnelle. Ma philosophie est tout simplement de chercher à changer ou à faire en sorte d’améliorer les choses et je me fixerai une fois que je ne ressentirai plus le besoin de changer.

Pour vous situer un peu le décor, j’habite à Paris depuis maintenant presque 5 ans et j’ai habité dans 4 appartements différents, tout simplement parce que j’ai mis du temps à trouver « mon petit chez moi« ; ce lieu dans lequel je me sens bien, et que je suis contente de retrouver tous les soirs. Pourtant, mon appartement actuel est loin d’être un palace mais il me correspond plutôt bien (tant le quartier que les voisins et que l’appartement lui -même); Il y a un an, j’étais encore en pleine recherche et mes amis me charriaient en disant que je ne serais jamais bien nulle part. Et j’ai fini par trouver l’endroit qui ne me donne plus cette envie de chercher.

Pour en revenir au niveau professionnel, c’est pareil. Depuis que je suis à Paris, j’ai travaillé dans 4 boîtes différentes (stages compris quand même). En fait, je pense que tant que je ne suis pas comblée, je cherche le job idéal. Je sais très bien qu’il n’existe pas vraiment et qu’il y a toujours des choses qui n’iront pas de temps en temps (après tout, c’est comme pour les personnes, on les apprécie pour leur qualités mais aussi pour leur défauts!) mais j’ai envie de trouver celui qui aura le plus d’aspects positifs. Et moi pour l’instant, dans les jobs que j’ai occupé, soit le salaire et le travail était intéressant mais avec une ambiance exécrable (et pourtant c’était une des entreprises qui m’attiraient le plus..comme quoi..) soit l’ambiance était géniale, mes collègues supers mais le salaire était loin de suivre.

Et bien vous savez quoi? Je viens de signer pour un nouveau job. Et j’espère bien que cette fois, tout se passera bien car il semble vraiment conjuguer tous les aspects que je recherche : le salaire est plutôt pas mal, le travail a l’air super intéressant, les collègues sont plutôt jeunes et cool..bref, j’espère que là aussi, je me sentirai « chez moi » et que je n’aurai pas à rechercher. Parce que malgré ce que la plupart de mes amis croient, mon syndrome de la bougeotte, je veux bien le soigner pour moi aussi, commencer à me poser.

Appart, travail.. Il manque plus qu’à trouver LE MEC. Mais là, j’ai arrêté de croire à l’Idéal depuis longtemps!

Publicités

4 réflexions sur “Le syndrome de la bougeotte ou quête de l’idéal

  1. Bonsoir ! Je suis nouvelle sur ton blog et je suis ravie de le découvrir. Je me retrouve beaucoup dans ta description aussi, c’est génial de pouvoir s’identifier comme ça 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s